Congrès de l’UPG 2015

CONGRES DES 9, 10 et 11 avril 2015

 

de L’UNION DU PEUPLE GABONAIS

DSC_5109 (3)

LE MOT DU COMITE D’ORGANISATION

Le Congrès des 9, 10 et 11 avril 2015 de l’Union du Peuple Gabonais a inauguré une ère nouvelle, qui atteste de la détermination des upégistes à se donner les moyens d’un nouveau départ.
En cela, ces assises, totalement dédiées à la mémoire de notre LEADER CHARISMATIQUE, Pierre MAMBOUNDOU, ont marqué de manière indéniable, la volonté collective des militantes et des militants à œuvrer pour la sauvegarde de leur héritage commun : l’Union du Peuple Gabonais.
La tenue du Congrès a donc été un moment de partage et de mobilisation autour de cet objectif, qui passe par l’actualisation du cadre juridique du Parti, et surtout, par le maintien de sa ligne politique.
Sous l’impulsion de la nouvelle direction, dont la désignation a constitué un moment fort du Congrès, il s’est agi pour le Parti, d’affirmer résolument son ancrage pour la défense et la recherche de la justice sociale et du bien-être de l’homme en général, et du citoyen gabonais en particulier.
Dans la communion des cœurs et des esprits avec Pierre MAMBOUNDOU, dont c’était le sens profond du combat.

 

ORDRE DU JOUR DU 1ER CONGRES

I. COMPTE RENDU DE L’ADMINISTRATION DU PARTI art 16 RI
1.1. Rapports moral et financier du Bureau Exécutif
1.2. Compte rendu de la Commission de Discipline et de Solidarité

II. REVISION DES STATUTS ET DU REGLEMENT INTERIEUR art 18 RI
2.1 Les dispositions statutaires modifiées
2.1.1. Les statuts consolidés
2.2. Les dispositions réglementaires modifiées
2.2.1. Le règlement intérieur consolidé

III. LE TRANSFERT DU SIEGE art 11 RI
RAS

IV. LES RELATIONS ENTRE L’UPG ET LES PARTIS ET ASSOCIATIONS
A CARACTERE POLITIQUE DU GABON OU DE L’EXTERIEUR art 11 RI
4.1. Motion portant affirmation de l’ancrage de l’Union du Peuple Gabonais dans l’opposition.
4.2. Motion portant disposition de l’Union du Peuple Gabonais à engager tout partenariat œuvrant dans le sens de l’établissement de la démocratie au Gabon.
V. LES RELATIONS ENTRE L’UPG ET LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES NATIONALES ET INTERNATIONALES
Motion portant disposition de l’UPG à engager tout partenariat œuvrant dans le sens du développement du Gabon pour le bien-être des citoyens.
VI. LA DISSOLUTION DU PARTI art 11 RI
Motion portant engagement des militantes et militants de l’Union du Peuple Gabonais à porter l’œuvre de Pierre MAMBOUNDOU jusqu’à la victoire finale.
VI. ELECTIONS
6.1. Critères d’éligibilité
6.2. Election du Président, du Secrétaire General et du Commissaire Général à l’Ethique, à la Discipline et à la Solidarité
I. COMPTE RENDU DE L’ADMINISTRATION DU PARTI art 16 RI
1.1. Rapports moral et financier du Bureau Exécutif
1.2. Compte rendu de la Commission de Discipline et de Solidarité
NOTE DE PRESENTATION

Depuis la fondation de l’Union du Peuple Gabonais, l’administration du Parti a échu à plusieurs autorités. Après sa création à Paris, le 14 juillet 1989 par Pierre MAMBOUNDOU, la légalisation de l’Union du Peuple Gabonais a été menée par un Secrétariat Exécutif provisoire, ayant eu à sa tête Monsieur Sébastien MAMBOUNDOU MOUYAMA, qui a conduit la direction du Parti jusqu’au retour d’exil, de Son Excellence le Président Pierre MAMBOUNDOU, en 1993.
A partir de l’année 1993, notre Parti a retrouvé son Président, qui en a naturellement repris les rênes, et ce, jusqu’au 15 octobre 2011, de triste mémoire. Depuis cette date, qui a ouvert une situation de vacance au plus haut sommet de l’UPG, la direction du Parti est assumée par Monsieur le Secrétaire Exécutif, Monsieur Mathieu MBOUMBA NZIENGUI.
La tenue du présent Congrès appelant l’évaluation de sa gouvernance, a placé le Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI devant une double obligation. En vertu des dispositions de l’article 16 du Règlement intérieur, ses fonctions l’invitent à rendre compte de l’administration du Parti.
Au plan politique, il s’est agit de procéder à un devoir de mémoire, afin de retracer devant l’opinion, les grandes évolutions qu’a connues le Parti. Au plan comptable, il s’est agit de présenter aux congressistes la situation financière de l’UPG pendant toute cette période.
En laissant au Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI le soin de présenter l’action politique du Parti, sur la séquence historique ayant couru de sa création à nos jours, il reste qu’il ne pouvait lui être objectivement opposé, la tenue des états financiers relatifs à autant d’exercices comptables. Au demeurant, le principe de l’annualité, inclinait à examiner, sinon l’exercice clos au 30 décembre 2011, du moins la gestion des trois mois de deuil qu’il a conduit depuis la mort de fondateur du Parti le 15 octobre 2011.
S’agissant de la Commission de Discipline et de Solidarité, qui n’a jamais été formellement mise en place, aucun compte rendu n’a pu être présenté aux congressistes.

 

Rapport moral du Secrétariat Exécutif en avril 2015
(Néant)
Rapport financier du Secrétariat Exécutif en avril 2015
(Néant)

 

II. REVISION DES STATUTS ET DU REGLEMENT INTERIEUR art 18 RI
2.1 Les dispositions statutaires modifiées
2.1.1. Les statuts consolidés
2.2. Les dispositions réglementaires modifiées
2.2.1. Le règlement intérieur consolidé

 

NOTE DE PRESENTATION

  • Le contexte

Le cadre juridique de l’Union du Peuple Gabonais a été élaboré dans un contexte particulier, et pour un objectif spécifique.
Mis en place le 7 avril 1991, son élaboration répondait au double souci de légaliser le Parti pour qu’il sorte de la clandestinité, et de créer un cadre provisoire suffisamment fonctionnel, pour préparer le retour de notre LEADER Mr. Pierre MAMBOUNDOU, qui en prendrait le contrôle sitôt rentré de l’exil, et en régulariserait l’organisation au moment de sa convenance.
Pour témoigner de cette orientation, il suffit de constater que nos statuts ne prévoient pas de Président dans l’organisation du Parti, toutes choses qui indiquent que le retour de Pierre MAMBOUNDOU constituait l’événement qui devait achever la mise en place de la « superstructure », qui devait s’appuyer avec harmonie, sur un ensemble de services conçus pour mettre en œuvre les hautes orientations du Président.
Investi d’une légitimité naturelle tirée de l’acte fondateur du 14 juillet 1989, Pierre MAMBOUNDOU a exercé un leadership qui en imposait à tous, en commençant par les plus hautes autorités civiles, militaires et diplomatiques.
Ayant décidé de prendre le temps pour lever les fonds nécessaires à l’organisation d’un Congrès à sa dimension, les PERFECTIONNISTES, appelés sur tous les fronts et toujours disponibles pour répondre aux sollicitations, n’ont jamais trouvé, ni le temps ni les moyens d’organiser le Congrès.
Aujourd’hui, il est de notre devoir de convoquer ce Congrès, pour de nombreuses raisons.

 

  • Au plan politique

La convocation du Congrès s’est inscrit dans un cadre de cohérence, à la fois interne et externe, dont l’observation consolidera la continuité de l’Union du Peuple Gabonais.
Du fait de la vacance enregistrée à la présidence du Parti, le Congrès est le lieu qui permettra de réaliser le passage de la légitimité naturelle dont était auréolé Pierre MAMBOUNDOU, à la légitimité consensuelle, qui gouvernera désormais le processus de désignation de tous ses successeurs.
Vis à vis de l’opinion, la survie de l’Union du Peuple Gabonais passe par la tenue d’un Congrès, dont l’organisation rendra le Parti et sa direction, éligibles au bénéfice des droits et privilèges qui étaient conférés à son fondateur.

  • Au plan juridique

L’actualité d’un texte s’apprécie à l’épreuve de la pratique. Adopté le 7 avril 1991, le cadre juridique du Parti appelait un toilettage.
En vertu des dispositions des articles 35 des statuts et 18 du règlement intérieur, le congrès est la seule instance permettant de réaliser cet objectif.

  • Au plan technique

Des questions dont le règlement tombe dans le sens nous interpellent. Pour indiquer quelques-unes, on peut citer :
Dans le titre préliminaire, la nécessité de passer des principes généraux, dont la formule n’exprime pas suffisamment la force obligatoire qu’ils doivent inspirer, aux principes directeurs, autrement plus comminatoires.
Dans le titre I, le blanc et le noir ont cédé la place au Rouge, comme couleur officielle du Parti (art 4 des statuts).
S’agissant des innovations, il s’est agit d’intégrer les fédérations extérieures installées à l’étranger et assurant la coordination et la représentation du Parti dans les pays respectifs, dans l’organisation officielle du Parti.
Mieux encore, l’évaluation de la mission confiée à la Commission de Discipline et de Solidarité a commandé de lui ajouter les questions d’éthique, et d’élever la structure au rang de Commissariat.

TITRE VI : DISPOSITIONS FINALES

Article 87 nouveau : Les présentes dispositions réaffirment l’attachement du Parti à la Solidarité entre militants, à la moralisation de la vie publique, à l’idéal de l’Unité Nationale, aux valeurs Universelles.
Article 88 nouveau : Le présent Règlement Intérieur entre en vigueur à compter de son adoption au cours du Congrès.
Article 89 nouveau : Toute modification du présent Règlement Intérieur, sera notifiée aux autorités compétentes, conformément aux lois et règlement en vigueur.
Fait à Libreville, le 7 avril 1991

Modifié le 10 avril 2015

Le Président Le 1er Vice-président
Jean de Dieu AMALE Jean ETOUA ATSAME
Le 2eme Vice-président Le Rapporteur Général
Brice Serge KUMULUNGUI Edouard IBOUILI

LES MOTIONS DU CONGRES DE L’UPG
DES 9, 10 et 11 avril 2015
IV. LES RELATIONS ENTRE L’UPG ET LES PARTIS ET ASSOCIATIONS
A CARACTERE POLITIQUE DU GABON OU DE L’EXTERIEUR art 11 RI
4.1. Motion portant affirmation de l’ancrage de l’Union du Peuple Gabonais dans l’opposition.
4.2. Motion portant disposition de l’Union du Peuple Gabonais à engager tout partenariat œuvrant dans le sens de l’établissement de la démocratie au Gabon
4.1. Motion portant affirmation de l’ancrage de l’Union du Peuple Gabonais dans l’opposition.

 

LES MILITANTES ET LES MILITANTS DE L’UNION DU PEUPLE GABONAIS

 

Considérant qu’au terme d’une analyse pertinente sur l’état de la Nation, des citoyens gabonais, libres de toute sujétion, ont pris la responsabilité de créer l’Union du Peuple Gabonais, en abrégé UPG, afin d’offrir au GABON, une alternative valable pour une autre gouvernance du pays ;
Considérant qu’au fondement de cet engagement, s’inscrit une volonté citoyenne d’œuvrer dans le sens de la répartition équitable, des immenses richesses nationales, accaparées par une minorité au Pouvoir ;
Considérant que postule de cet acte fondateur, la détermination profonde, d’œuvrer à l’instauration de la liberté d’opinion, comme moyen de libérer le Peuple Gabonais, du joug de la pensée unique, instituée en système de Gouvernement ;
Considérant que la réalisation de cette société plus juste et plus généreuse, appelle une réflexion et une action, conduites par des Hommes déterminés à travailler pour le bonheur de tous, en garantissant à chacun, le droit à l’éducation et à la formation, comme moyen d’assurer l’égalité des chances à toutes filles et les fils du pays ;
Considérant que ces valeurs qui constituent le ciment de la Nation, et le ferment du progrès, ont été sacrifiées sur l’autel de la dévolution ethnique des charges de l’Etat ;
Ayant observé la gouvernance imprimée au pays et les résultats désastreux découlant du plan Stratégique Gabon émergent mise en œuvre depuis 2009 ;
AFFIRMENT
L’ancrage de l’Union du Peuple Gabonais au sein de l’opposition, comme force politique œuvrant dans le sens d’offrir une alternative valable pour la prise Pouvoir ;
Lance solennellement un appel vibrant aux Citoyens Libres à rejoindre massivement ses rangs, pour poursuivre en toute sérénité, le Combat clairvoyant, engagé par le Président, Pierre MAMBOUNDOU, jusqu’à la victoire finale.

4.2. Motion portant disposition de l’Union du Peuple Gabonais à engager tout partenariat œuvrant dans le sens de l’établissement de la démocratie au Gabon.

 

LES MILITANTES ET LES MILITANTS DE L’UNION DU PEUPLE GABONAIS

Considérant que l’engagement politique, pour la conquête du Pouvoir d’Etat, invite à mobiliser les ressources humaines, derrière un projet de société et un programme de Gouvernement élaborés dans un cadre unitaire propre à chaque formation politique, ou menée au sein d’un cadre concerté, animé par une collectivité de Partis politiques ;
Considérant que pour concourir valablement à l’expression du suffrage, il importe d’offrir au Peuple, un espace de large opportunité d’actions ;
Considérant que la mise en place de grands ensembles constitue le gage d’une réflexion féconde et d’une action forte ;

AFFIRMENT

Leur disponibilité à engager tout partenariat durable en vue d’œuvrer dans le sens de l’établissement d’une démocratie véritable au Gabon, avec tout Parti politique ou groupe de Partis politiques, respectueux des valeurs d’Unité, de Responsabilité et de Dignité.

V. LES RELATIONS ENTRE L’UPG ET LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES NATIONALES ET INTERNATIONALES

Motion portant disposition de l’UPG à engager tout partenariat œuvrant dans le sens du développement du Gabon pour le bien-être des citoyens.

 

 

LES MILITANTES ET LES MILITANTS DE L’UNION DU PEUPLE GABONAIS
Considérant que l’engagement politique pour le pouvoir vise à réaliser l’amélioration des conditions de vie des citoyens ;

Considérant que cet objectif légitime, pour le bien-être, peut être recherché dans un cadre global ou sectoriel ;

Considérant que les Partis politiques engagent leur action pour atteindre le bien-être global par la prise du pouvoir ;

Considérant que les syndicats, les associations et les organisations non gouvernementales œuvrent pour l’accès au bien-être de leurs adhérents en fonction de leur domaine d’intervention respectif ;

Considérant ainsi que par des approches distinctes les Partis politiques visent le même objectif par des moyens propres ;

AFFIRMENT

Leur disponibilité à engager tout Partenariat avec les Syndicats, les Associations et les Organisations Non Gouvernementales œuvrant dans le sens du développement du GABON et le bien-être de ses citoyens.

 

 

VI. LA DISSOLUTION DU PARTI art 11 RI
Motion portant engagement des militantes et militants de l’Union du Peuple Gabonais à porter l’œuvre de Pierre MAMBOUNDOU jusqu’à la victoire finale.

LES MILITANTES ET LES MILITANTS DE L’UNION DU PEUPLE GABONAIS

Considérant que la création de l’Union du Peuple Gabonais décidée le 14 juillet 1989 visait l’avènement au Gabon d’une société juste et équitable ainsi que l’instauration d’une démocratie plurielle ;

Considérant que cette société reste à réaliser dans ces fondements et dans ces objectifs, qui demeurent ainsi l’essence du combat de la collectivité des militantes et militants ayant fait acte d’adhésion ;

Considérant que cette société est considérée par l’ensemble des Gabonais comme un droit en raison des potentialités du pays ;

Considérant que ladite société est un devoir qu’il appartient à l’Union du Peuple Gabonais de réaliser avec le concours de tous les démocrates sincères ;

Considérant que cette ambition, juste et légitime, déterminée par le Président, Pierre MAMBOUNDOU, constitue l’héritage commun de chaque militante et de chaque militant ;

AFFIRMENT

Solennellement devant l’histoire leur engagement à porter l’œuvre du Président, Pierre MAMBOUNDOU jusqu’à la Victoire finale.

VI. ELECTIONS
6.1. Critères d’éligibilité
6.2. Election du Président, Secrétaire Général et du Commissaire National à l’Ethique, à la Discipline et à la Solidarité
6.1. Critères d’éligibilité

Critères politiques
1. Justifier d’une présence constante et continue de trois années au sein des instances nationales, locales ou associées du Parti.
Critère financier
1. Verser une caution d’un montant de cent mille (100.000) FCFA.

u5 u3 u2 DSC_5122 (2) DSC_5110 (2) DSC_5109 (3) DSC_5103 (3) DSC_5101 (2) DSC_5097 (2) DSC_5088 (2)