Gabon / Une police instrumentalisée par le pouvoiriste Yves Manfoumbi et une partie de « La Famille » à Awendjé

Une soixantaine de policiers armés jusqu’aux dents sont intervenus au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) : Police Judicaire, Brigade Anti Criminalité (BAC), Police de l’Air et des Frontières … Certains d’entre eux avaient pour objectif de provoquer un incident et de tirer à vue sur le nouveau Président de l’UPG, Bruno Ben MOUBAMBA. Pour preuve, ils étaient cagoulés et prêts à faire feu. L’information selon laquelle, des assassins avaient été infiltrés dans la Police Judicaire pour abattre Bruno Ben MOUBAMBA à la première occasion était connue depuis des semaines au siège de l’Union du Peuple Gabonais. Jean Joël MOUSSOUNDA a été gravement blessé au cours de l’opératrion ordonnée par Yves fernand Manfoumbi, Sidonie Flore la Procureure de la République et accessoirement Mathieu MBOUMBA NZIENGUI.
Qui les a envoyés ? Selon certains d’entre eux, il s’agissait d’une instruction non écrite de Madame le Procureur de la République. A vrai dire, une réunion secrète impliquant l’ancien Directeur Général du Budget, Madame le Procureur de la République et des membres de l’UPG corrompus par 4 années de désordre politique a eu lieu autour de l’huissier Ngandzi pour mettre en place l’opération.
Face à la vague démocratique qui a porté Mr. Bruno Ben MOUBAMBA à la présidence du Parti, Mr. Mathieu MBOUMBA NZIENGUI la marionnette politique du pouvoiriste Yves fernand MANFOUMBI a demandé en une nuit au Président du Tribunal de prendre une décision d’expulsion du nouveau Président du Parti du siège d’Awendjé. L’avocat – conseil de Bruno Ben MOUBAMBA et de l’UPG a tôt fait de déposer un appel à jour fixe et de déposer une requête aux fins de défense à exécution avec effet suspensif.

16 avril – 17 H : Le retour des militants de l’UPG dans le siège de leur Parti après une journée de tensions. La Procureure de la République Sidonie Flore a participé à des réunions secrètes autour de Yves Manfoumbi, Olivier Koumba l’ancien Vice Président de la CENAP, Titus Koumba le stratège des opérations non éthiques au Tribunal de Libvreville, Yolande Moussadji …etc. Tous ces activistes des ténèbres trouveront bientôt une réponse proportionnelle à la gravité de leur trahison ! La puissance et les réseaux ne suffisent pas !

UPG – Communication.

Gabon / La POLICE instrumentalisée tente d’expulser les militants de l’UPG de leur siège d’Awendjé – Libreville

Une soixantaine de policiers armés jusqu’aux dents sont intervenus au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) : Police Judiciaire, Brigade Anti Criminalité (BAC), Police de l’Air et des Frontières … Certains d’entre eux avaient pour objectif de provoquer un incident et de tirer à vue sur le nouveau Président de l’UPG, Bruno Ben MOUBAMBA. Pour preuve, ils étaient cagoulés et prêts à faire feu. L’information selon laquelle, des assassins avaient été infiltrés dans la Police Judiciaire pour abattre Bruno Ben MOUBAMBA à la première occasion était connue depuis des semaines au siège de l’Union du Peuple Gabonais.

Qui les a envoyés ? Selon certains d’entre eux, il s’agissait d’une instruction non écrite de Madame le Procureur de la République.  A vrai dire, une réunion secrète impliquant l’ancien Directeur Général du Budget, Madame le Procureur de la République  et des membres de l’UPG corrompus par 4 années de désordre politique a eu lieu autour de l’huissier Ngandzi pour mettre en place l’opération.

Face à la vague démocratique qui a porté Mr. Bruno Ben MOUBAMBA à la présidence du Parti, Mr. Mathieu MBOUMBA NZIENGUI la marionnette politique du pouvoiriste Yves fernand MANFOUMBI a demandé en une nuit au Président du Tribunal de prendre une décision d’expulsion du nouveau Président du Parti du siège d’Awendjé. L’avocat – conseil de Bruno Ben MOUBAMBA et de l’UPG a tôt fait de déposer un appel à jour fixe et de déposer une requête aux fins de défense à exécution avec effet suspensif.

Les chaînes de fer et de bronze (Daniel 4) qui encerclaient l’arbre majestueux de l’UPG qui a été coupé dès 2009 ont commencé à se briser. C’est la volonté de Dieu et non celle d’un individu. Vox populi … Vox dei … la voix du Peuple c’est la voix de Dieu. L’UPG n’est plus une épicerie familiale ou une loge de corrompus qui se sucrent sur le dos du peuple. Et on ne se moque ni de Dieu, ni du Peuple. Les choses qui sont en mouvement ne peuvent pas être arrêtées et la mort ne menace pas que les humbles, elle concerne aussi les riches comme les puissants.

UPG – Communication.

Gabon : Bruno Ben Moubamba prend les rênes de l’UPG

Bruno Ben Moubamba, nouveau Président de l'UPG

Gabon : Bruno Ben Moubamba prend les rênes de l’UPG

Info Gabon

14 avril 2015 by Rédac chef

Libreville, Lundi 13 Avril 2015 (Infos Gabon) – A l’issue du congrès ordinaire de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition) du 10 et 11 avril 2015, au Gymnase d’Oloumi, dans le 5e arrondissement de Libreville, Bruno Ben Moubamba, Secrétaire général du parti, a été élu démocratiquement président de l’UPG, avec 94% des suffrages, devant Jules Boussougou et Jean de Dieu Moughiama, deux autres candidats.

Devant l’assistance, formée notamment des militants et congressistes, des représentants des missions diplomatiques (Ambassade de France et des USA) et au coté de son épouse Virginie, venue spécialement de France, Bruno Ben Moubamba a solennellement souligné que « la maturité des militants et militantes de notre parti politique leur a permis de garder ferme la vision de nos prédécesseurs et de garder intact la base de nos militants malgré les 4 années d’hivernation, que le parti a connu de 2011 à 2015, faute d’un vrai éclaireur pour nous guider vers la réalisation de notre rêve commun : la conquête pacifique du pouvoir ».

Le millier de militants présents, dont les 250 délégués des 8 fédérations qui ont composé le collège électoral, le gymnase d’oloumi a été investi jusqu’à vendredi 21h 45mn.

La validité juridique du congrès et de l’élection de Bruno Ben Moubamba étant accréditée par le cabinet d’huissier de justice Me Mba Menié, cette élection est censée mettre fin à la crise de leadership que traversait ce parti depuis la mort de Pierre Mamboundou le 15 octobre 2011.

En effet, il y a quelque temps maintenant, ce fut le départ remarqué de Bonaventure Nzigou Manfoumbi, qui a créé sa formation politique. Et plus récemment, l’aile dite des loyalistes a désigné Jean de dieu Moukagni Iwangou, ancien conseiller juridique de Pierre Mamboundou, comme président de l’UPG. Des séparations qui reposeraient sur les mêmes motifs, soit le ravissement de la première place du parti par le Secrétaire exécutif, Matthieu Mboumba Nziengui, le silence des statuts et règlements intérieurs sur la succession de Pierre Mamboundou et les manœuvres attribuées à M. Mboumba Nziengui consistant à atermoyer et reporter systématiquement le premier congrès de l’UPG.

La solution à cette impasse a donc été politique, s’agissant du consensus traduit par le vote des délégués venus de toutes les fédérations du parti disséminées dans l’ensemble du territoire national, ainsi que par le positionnement des élus UPG.

Il est cependant noté que la veuve Mamboundou, conseillère municipale de Ndendé soutiendrait Matthieu Mboumba Nziengui , qui après avoir été destitué le 28 mars 2015, a saisi le tribunal pour alléguer un push de Bruno ben Moubamba.

Toute chose qui n’a pas empêché le nouveau président de l’UPG à s’engager « à restructurer ce parti et à le doter des responsables forts, porteurs d’un nouvel espoir face aux enjeux de l’heure ». « Un signal expressif que l’UPG a voulu donner pour résumer le bien fondé de la tenue de notre premier congrès », a-t-il clamé.

Et pour bien revêtir l’envergure politique nationale qui est désormais la sienne, Bruno Ben Moubamba a pris comme premières mesures fortes et non moins symboliques. D’abord d’annuler les sanctions infligées à tous le militants et militantes de l’UPG à ce jour pour ainsi les appeler au retour au bercail. Ensuite, il a confirmé tous les coordinateurs fédéraux actuels à leurs postes pour consolider l’emprise du parti.

Enfin, il a déclaré : « mon message est un UPG neuf et libéré, solution crédible face aux défis qui étiolent le fondement de notre vivre ensemble », avant de révéler qu’il venait ainsi de décliner des axes de son projet « Mes 9 propositions pour le Gabon », qu’il défendra en 2016, comme candidat à l’élection présidentielle.

Signalons qu’au cours de ce congrès, d’autres membres du bureau de l’UPG ont été également élus, notamment le Secrétaire Général.

FIN/INFOSGABON/PM/2015

Copyright Infos Gabon

Gabon / Discours du Président élu de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) Bruno Ben Moubamba – 10 avril 2015 – Congrès de l’UPG

Premier congrès ordinaire de l’Union du Peuple Gabonais

10 avril 2015

Discours de la victoire du Président élu de l’UPG

Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants des Missions diplomatiques accréditées au Gabon,

Excellence Monsieur le Représentant de l’Ambassadeur de France au Gabon,

Excellence Madame la Représentante de l’Ambassadrice des Etats-Unis au Gabon,

Distingués invités, représentants des partis amis,

Compagnons coordonnateurs fédéraux,

Compagnons délégués communaux,

Mesdames  Messieurs, chers congressistes et en vos groupes et qualités,

En vous remerciant d’avoir rehaussé de votre présence les présentes assises, permettez que je sollicite une minute de silence en mémoire de feu Pierre Mamboundou, Président fondateur de l’Union du Peuple Gabonais.

Je vous remercie.

J’aimerais dans un second temps exprimer ma parfaite reconnaissance et nos hommages déférents aux pionniers de cette immense œuvre qui nous invite à l’introspection pour raviver la flamme sacrée de ce parti qui n’a que trop souffert des velléités destructrices des réfractaires au changement depuis l’éclipse de notre feu Président à l’Orient éternel.

Le bal des ombres qui a secoué le parti de 2011 à 2015 n’a pas eu raison de la détermination de chacun de nous à hisser encore plus haut les idéaux de notre maison commune.

La récurrence des revendications multisectorielles qui, sans nul doute, hypothèque l’avenir de notre pays, interpelle l’Union du Peuple Gabonais dont la vision politique et organisationnelle cadre mieux avec chacune de nos aspirations.

Cette situation nous conforte à restructurer ce parti et à le doter de responsables forts, porteurs d’un nouvel espoir face aux enjeux de l’heure.

Voilà le signal expressif que l’UPG a voulu donner pour résumer le bien-fondé de la tenue de notre premier congrès ordinaire.

La maturité des militantes et militants de notre famille politique leur a permis de garder ferme la vision de nos prédécesseurs et de garder intacte la base de nos militants malgré les 4 années d’hibernation que notre parti a connues entre 2011 et 2015 faute d’un vrai éclaireur pour nous guider vers la réalisation de notre rêve commun : la conquête pacifique du pouvoir.

Notre première décision est de signer l’annulation des sanctions ayant frappé tous les militantes et les militants jusqu’à ce jour.

Notre deuxième décision est de confirmer tous les coordonnateurs fédéraux actuels à leurs postes d’ici aux prochaines élections fédérales.

Dans les tous prochains jours je vais prendre la mesure de ce sacerdoce pour revivifier chacune de nos structures de base afin de capitaliser nos acquis et de donner un sens au combat de nos prédécesseurs. Ma vision est un UPG encré pour défendre les causes des plus vulnérables au moyen des différents modes de dévolution du pouvoir prévu dans la Constitution.

Mon message est un UPG neuf et libéré, solution alternative crédible face aux défis qui étiolent chaque fondement de notre vivre ensemble.

Voilà déclinés, Mesdames et Messieurs, chers amis, les axes du projet : « Mes 9 propositions pour le Gabon » que je soumettrai en 2016.

Je vous remercie,

Vive l’UPG !

Vive le Gabon !

En avant pour la Victoire !

Bruno Ben Moubamba

Président élu de l’Union du Peuple Gabonais  

Bruno Ben Moubamba avec la représentante de l’Ambassadrice des Etats Unis au Gabon (à gauche) et Madame Ben Moubamba (à droite)

Bruno Ben Moubamba et son épouse Virginie

Gabon – Congrès UPG / Bruno Ben Moubamba succède à feu le Président Pierre Mamboundou à l’UPG

(De Jean-Claude Nounamo, correspondant de Radio Vatican au Gabon) 

Cérémonie d’installation au poste de Président de l’UPG pour une durée de 3 ans. L’intérim était devenu trop long et trop lourd pour le parti. Le Peuple de l’UPG a parlé et les démocrates doivent s’incliner. Bruno Ben MOUBAMBA a reçu le soutien de son épouse Virginie qui s’est déplacée de France pour la circonstance. 

L’Union du peuple gabonais (UPG) vient d’écrire une nouvelle page de son histoire avec l’élection vendredi soir de Bruno Ben Moubamba comme son nouveau président, à la suite du premier congrès organisé par cette formation politique depuis sa création voici un peu plus de 27 ans.
« Libération », « nouvelle page », « nouveau départ », « reconquête », telles sont les quelques expressions utilisées par les militants et autres congressistes rencontrés au gymnase d’Oloumi qui a prêté son cadre à cette grande première.
Dans son mot de circonstance, le nouveau président de l’UPG a annoncé l’annulation de toutes les sanctions qui frappent en ce moment les enfants du parti et donc un appel au retour dans la maison, estimant que le parti n’a que trop souffert des « velléités destructrices des réfractaires au changement depuis l’éclipse de notre feu président à l’orient éternel ».
Si BBM parle de la fin de l’hibernation de l’UPG, il entend donc se mettre comme le « vrai éclaireur » pour un UPG « neuf et libéré », et de « prendre la mesure de ce sacerdoce pour revivifier chacune de nos structures de base afin de capitaliser nos acquis et de donner un sens au combat de nos prédécesseurs ».

Jean-Claude Nounamo – Libreville (Radio Sainte Marie)

Gabon – Congrès de l’UPG / Bruno Ben MOUBAMBA a été élu Président de l’UPG par 94, 8 % de militants

Est élu président de l’UPG Monsieur Bruno BEN MOUBAMBA avec un score de 237 voix sur 250 soit 94,8%. (3/3 du Collège electoral du Congrès). 

‪#‎brunobenmoubamba‬  » la première décision que je signerai demain, aura pour but d’annuler toutes les sanctions ayant frappées tous les militants sans distinctions »