Gabon / 1er Congrès : Refaire de l’UPG un vrai Parti de gouvernement et de solidarité

Le 3 mars 2015 au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), alors que le Secrétaire Général de l’UPG Bruno Ben MOUBAMBA s’apprête à lancer dimanche 8 mars 2015 à Ndendé (Sud-ouest du Gabon) un « Appel du NYANGOU (G 4/5) au Peuple Gabonais, à la ville-capitale du NYANGOU et au monde », la Commission du Congrès a remis son rapport d’étape final au Directeur de Cabinet du Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI empêché mais représenté par son Numéro 2 Ben MOUBAMBA. C’est à partir de cette remise du dossier entre les mains du « Cabinet » que le Secrétaire Exécutif devrait signer la « Décision », dans les jours qui suivent, qui convoque le « Congrès ». Et le plus tôt sera le mieux. Cette cérémonie a démontré que l’UPG fondé pas le Président Pierre MAMBOUNDOU n’est pas mort mais s’apprête à ressusciter des morts pour la gloire du Peuple Gabonais et non le contraire. Une forte détermination et un sens de l’abnégation devront être nécessaires pour tirer l’Union du Peuple Gabonais jusqu’à la ligne d’arrivée.

– à Cité Awendjé.

Refaire de l’Union du Peuple Gabonais un vrai Parti de gouvernement …

Le devoir du renouveau en mémoire du Président Pierre MAMBOUNDOU, héros national.

Ben MOUBAMBA plus que jamais prêt à diriger et à donner un nouvel espoir …

Loin du choc des générations et pour une alliance des différences.

Sous un soleil de vérité et non loin de l’oeil de la Providence …

Gabon / Congrès – UPG : L’Union du Peuple Gabonais face à son destin …

Le 3 mars 2015 au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), alors que le Secrétaire Général de l’UPG Bruno Ben MOUBAMBA s’apprête à lancer dimanche 8 mars 2015 à Ndendé (Sud-ouest du Gabon) un « Appel du NYANGOU (G 4/5) au Peuple Gabonais, à la ville-capitale du NYANGOU et au monde », la Commission du Congrès a remis son rapport d’étape final au Directeur de Cabinet du Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI empêché mais représenté par son Numéro 2 Ben MOUBAMBA. C’est à partir de cette remise du dossier entre les mains du « Cabinet » que le Secrétaire Exécutif devrait signer la « Décision », dans les jours qui suivent, qui convoque le « Congrès ». Et le plus tôt sera le mieux. Au cours d’une cérémonie de très haute facture, le Président de la Commission Dorel MATOUMBA a remis les dossiers des sous-commissions au Secrétaire Exécutif et au Secrétaire Général. Le dernier Rapport de la Commission a été lu par Olivier KOUMBA MBOUMBA le rapporteur de la Commission du Congrès. Les dates officielles du Congrès sont très attendues dans les prochains jours.

– à Cité Awendjé.

Sous l’oeil vigilant des grands « Sages » de l’UPG …

La remise des textes du Congrès au Cabinet du Secrétaire Exécutif empêché …

Remise des maquettes du Congrès au « Cabinet » …

Un 1er Congrès dans les normes …

 

Remise des documents du Congrès au Secrétaire Général du Parti … Au centre le rapporteur Olivier KOUMBA et à gauche le Président de la sous-commission des textes du Congrès : Brandt KOMBILA.

Le mot du Directeur Adjoint du Secrétaire Exécutif empêché …

Ben MOUBAMBA le Secrétaire Général congratule Dorel MATOUMBA le Président de la Commission;

Satisfaction de l’ensemble des commissaires … En finir avec 3 années de crise injuste.

Gabon / L’UPG devrait annoncer les dates de son Congrès dans les jours à venir malgré les manœuvres …

Le 3 mars 2015 au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), alors que le Secrétaire Général de l’UPG Bruno Ben MOUBAMBA s’apprête à lancer dimanche 8 mars 2015 à Ndendé (Sud-ouest du Gabon) un « Appel du NYANGOU (G 4/5) au Peuple Gabonais, à la ville-capitale du NYANGOU et au monde », la Commission du Congrès a remis son rapport d’étape final au Directeur de Cabinet du Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI empêché mais représenté par son Numéro 2 Ben MOUBAMBA. C’est à partir de cette remise du dossier entre les mains du « Cabinet » que le Secrétaire Exécutif devrait signer la « Décision », dans les jours qui suivent, qui convoque le « Congrès ». Et le plus tôt sera le mieux. Cette cérémonie a démontré que l’UPG fondé pas le Président Pierre MAMBOUNDOU n’est pas mort mais s’apprête à ressusciter des morts pour la gloire du Peuple Gabonais et non le contraire.

– à Cité Awendjé.

La jeunesse gabonaise ne peut plus attendre le congrès de l’UPG

Gabon / Congrès de l’UPG : La jeunesse ne peut plus attendre …

Il est temps de permettre au « tam tam » de l’UPG de résonner à nouveau pour la joie du Peuple et d’arrêter de le bloquer pour le plus grand malheur des Gabonais. Toutes les conséquences de cette déclaration doivent être tirées par toutes les sphères maintenant et pas demain ou après-demain. Nous ne pouvons plus attendre …  BBM. 
Le 3 mars 2015 au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), alors que le Secrétaire Général de l’UPG Bruno Ben MOUBAMBA s’apprête à lancer dimanche 8 mars 2015 à Ndendé (Sud-ouest du Gabon) un « Appel du NYANGOU (G 4/5) au Peuple Gabonais, à la ville-capitale du NYANGOU et au monde », la Commission du Congrès a remis son rapport d’étape final au Directeur de Cabinet du Secrétaire Exécutif Mathieu MBOUMBA NZIENGUI représenté par son Numéro 2 Ben MOUBAMBA. C’est à partir de cette remise du dossier entre les mains du « Cabinet » que le Secrétaire Exécutif devrait signer la « Décision », dans les jours qui suivent, qui convoque le « Congrès ». Et le plus tôt sera le mieux. A la fin de cette cérémonie, Bruno Ben MOUBAMBA en course pour la « Présidence » du Parti UPG a posé avec quelques jeunes qui représentent déjà l’avenir de l’Union du Peuple Gabonais : l’UPG est éternel !

– à Cité Awendjé.

Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour que la jeunesse de ce pays le Gabon (et de continent l’Afrique) ait un avenir … Nous ferons tout pour qu’elle ne souffre pas autant que nous avons souffert, nous la jeunesse sacrifiée des 42 ans de pétrole volatilisé … Nous les Gabonais du NYANGOU ne le savons que trop bien au vu des souffrances de nos ancêtres … Bruno Ben MOUBAMBA

Gabon – UPG / Ben MOUBAMBA veut diriger pour gagner ! Et le plus tôt sera le mieux ….

Ben MOUBAMBA (à la droite de Roger MOULOUNGUI) se tient prêt à assumer les plus hautes fonctions politiques à la tête de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) aux côtés des chefs historiques du Parti et espère le rassemblement de tous les UPGISTES.

On a la ferme intention de devenir le premier quadra du Gabon à pouvoir diriger une grande formation politique au 21e siècle. Et la détermination est totale puisqu’elle est soutenue par les 2/3 du « Peuple de l’UPG ». Il n’y aura pas de revirement ou d’hésitation malgré les manœuvres de déstabilisation du Secrétaire Général de l’UPG qui viennent de partout. Tous les « matengus » politiques (sorciers politiques) vont le savoir à présent mais la vie est aussi un choix. Et le leadership c’est aussi la capacité de faire évoluer le statut quo.

Et voici la définition du statut quo au niveau du comportement : on appelle biais de statu quo la résistance au changement, une attitude mentale qui fait apparaître quelque nouveauté comme apportant plus de risques que d’avantages possibles. Dans certains cas, le statu quo présente plus d’inconvénients que des avantages en ce sens qu’il paralyse les énergies et conduit à la catalepsie.

La catalepsie désigne la suspension complète du mouvement volontaire des muscles dans la position où ils se trouvent positionnés. L’attitude qui s’en dégage est celle d’une statue ou d’un mime conservant une position figée en pleine action. Imaginons donc ce que cela peut donner au plan politique : le renoncement et l’immobilisme par exemple …

Et Pourquoi veut-on absolument diriger ? Mais Parce qu’on se sait absolument capable d’emmener le « Peuple de l’UPG » au pouvoir. On ne peut pas être plus clair !

 Bruno Ben MOUBAMBA

Gabon / L’Unique sénatrice UPG (Port-Gentil) s’est installée au Sénat le 2 mars 2015

Christine MOUSSOUNDA la nouvelle sénatrice UPG de Port-Gentil a été investie au Sénat gabonais ce lundi 2 mars 2015 comme « Vénérable ». Elle siégera avec le groupe des « indépendants » dominé par les sénateurs de l’Union Nationale menés pas le nouveau Sénateur Jean-EYEGHE-NDONG. Samedi 28 février 2015, elle a été officiellement accueillie par la direction de son Parti l’UPG à Libreville – Awendjé. Si la cérémonie a été marquée par une émotion dans la salle du Conseil de l’UPG, les membres du Bureau Exécutif de l’UPG ont apporté leur appui à la nouvelle sénatrice qui a été bien entourée pour l’occasion : outre le Secrétaire Exécutif et son épouse, le Secrétaire Général et de nombreux secrétaires politiques ont tenu à assurer la vénérable MOUSSOUNDA du soutien des membres de la « Direction » qui ne manqueront d’alimenter Madame Christine MOUSSOUNDA de leurs analyses pour la réussite de son mandat de 6 ans.

Ben MOUBAMBA le Secrétaire Général de l’UPG à gauche et Roger MOULOUNGUI le chargé de la mobilisation et des organes locaux ont félicité vivement la nouvelle sénatrice.

La nouvelle sénatrice UPG de Port-Gentil s’est levée avant d’être acclamée officiellement.

Ben MOUBAMBA se tient prêt à assumer les plus hautes fonctions politiques à la tête de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) aux côtés des chefs historiques du Parti et éspère le rassemblement de tous les UPGISTES.

L’UPG se bat pour que les droits politiques du « Peuple de l’UPG » ne soient pas passés par pertes et profits.

La vénérable Christine MOUSSOUNDA au siège de l’UPG en compagnie de son père si fier de sa fille devenue sénatrice.

Moïse MAMBOUNDOU le frère du Président Pierre MAMBOUNDOU à la gauche de la nouvelle sénatrice Christine MOUSSOUNDA.

La nouvelle sénatrice Christine MOUSSOUNDA entouré du Secrétaire Exécutif à sa droite et du Secrétaire Général à sa gauche.

Le Secrétaire Exécutif de l’UPG en compagnie de son épouse.

Le Coordinateur Fédéral de Port-Gentil a soutenu la nouvelle élue au sénat Christine MOUSSOUNDA. – àCité Awendjé.

Le Secrétaire Exécutif de l’UPG entouré de son épouse et de la nouvelle sénatrice de Port-Gentil au siège de l’UPG. – à Cité Awendjé.

 

Continue reading

Gabon Review / Ben MOUBAMBA se sent prêt à diriger l’UPG et à succéder à Mathieu MBOUMBA NZIENGUI !

Plus de deux ans après son arrivée au sein de ce parti, le secrétaire général de l’Union du peuple gabonais (UPG) se dit désormais prêt à en assumer la présidence.

Ben Moubamba, prochain président de l’UPG ? © Gabonreview

 En prélude à la communication politique qu’il entend mener dans les jours qui viennent, le secrétaire général de l’Union du peuple gabonais (UPG) a récemment fait savoir son souhait de diriger ce parti politique, qui doit tenir son premier congrès courant mars 2015. Pour Bruno Ben Moubamba, qui paraît plutôt sûr du soutien de plusieurs votants, sa détermination est loin d’être anodine. N’empêche, nombre de militants de la branche dite loyaliste dirigée par Jean de Dieu Moukagni-Iwangou disent ne pas croire en la sincérité de son nouveau positionnement, lui qui a fait cavalier seul lors de la présidentielle anticipée de 2009. «Ben Moubamba n’est rien d’autre qu’un opportuniste. S’il se sent si fort, pourquoi ne crée-t-il pas son propre parti plutôt que d’intégrer l’UPG dont il disait tout le mal, il n’y a pas si longtemps encore ?», s’est par ailleurs interrogé un «loyaliste».

Pourtant, à en croire ses plus fervents collaborateurs, les intentions du secrétaire général de l’UPG sont bonnes, et il apparaitrait sans conteste comme le cheval sur lequel ils doivent miser. D’autant que le candidat déclaré, le verbe aisée, comme pour s’attirer la sympathie des militants, a récemment affirmé : «Je me tiens prêt à assurer les plus hautes responsabilités du parti en parfaite collégialité avec les chefs historiques de l’UPG.» De même, s’il a annoncé plusieurs communications à travers la capitale et quelques villes acquises à la cause de l’UPG, Ben Moubamba dit entreprendre l’initiative «pour favoriser une évolution positive de notre pays». «Bruno Ben Moubamba est extrêmement déçu du sacrifice de toute une génération d’enfants et de jeunes qui ne sont plus sur les bancs», écrit l’intéressé sur sa page Facebook, avant d’affirmer qu’«il faut que quelque chose change dans la culture politique et sociale de notre pays». «Quelque chose en nous résiste à l’autodestruction du tissu social et aux forces du chaos», fait remarquer l’homme qui a dit être en passe d’initier une énième grève de la faim si rien ne change. Rien que ça !

http://gabonreview.com/blog/ben-moubamba-pret-prendre-les-commandes-de-lupg/

Gabon / Rumeur sans fondement : MOUBAMBA 1er Ministre de crise (Lu sur InfosGabon)

INFOS GABON

INFOS GABON

L’INFO EN DIRECT DU GABON

Moubamba, futur 1er Ministre d’un Gouvernement de sortie de crise ?

Bruno Ben Moubamba, Secrétaire Général de l'UPG

Moubamba, futur 1er Ministre d’un Gouvernement de sortie de crise ?

2 mars 2015 by Rédac chef

 Libreville, Lundi 2 Mars 2015 (Infos Gabon) – Bruno Ben Moubamba, le Secrétaire Général et Porte parole de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), a décliné lors d’une conférence de presse, mardi 24 février, à Libreville, les propositions de son parti pour sortir de la crise sociale que traverse le Gabon, notamment dans le secteur éducation avec l’éventualité d’une année blanche.

« Des secteurs entiers du pays sont paralysés par des grèves préoccupantes et celle qui touche le secteur de l’Education est d’autant plus préoccupante qu’elle pourrait conduire à une année blanche. Ce qui n’est pas acceptable bien évidemment : Des milliers d’étudiants, d’écoliers, des collégiens et des lycéens attendent la reprise des cours », a indiqué Bruno Ben Moubamba, estimant que l’avenir d’un pays ne doit pas être sacrifié malgré les positions des uns et des autres.

Ainsi l’UPG, l’UPG a proposé en remède trois choses. Le Président de la République devra d’abord s’adresser aux gabonais en ces termes : « je vous ai compris, j’ai compris vos problèmes sociaux et je veux que l’Etat les résolve et tout sera mis en œuvre dans ce sens ».

Il a préconisé ensuite un remaniement de l’actuel Gouvernement, « au nom de la paix civile et de la cohésion nationale ». Un Gouvernement qu’il a qualifié « d’urgence sociale et économique au service du bien public jusqu’aux élections de 2016 ».

« Le Chef de l’Etat devrait dire aux Gabonais qu’il va dissoudre le Gouvernement actuel pour le bénéfice de tous. Nos compatriotes veulent davantage de participation démocratique. Des signes forts de changement devront être envoyés dans les prochains jours », a précisé le Secrétaire Général de l’UPG.

Et d’ajouter : « Il faudra affronter cette crise sociale posée par les partenaires sociaux et la surmonter ensemble et non les uns contre les autres. Le Président doit parler au plus vite et montrer une volonté de faire bouger les lignes politiques en changeant la nature de la gouvernance avant la fin d’un septennat qui devrait être pacifié ».

Bruno Ben Moubamba a appelé enfin à la responsabilité des partenaires sociaux après la résolution des problèmes.

Il annoncera par ailleurs la tenue en mars du congrès de l’UPG, une énième annonce pour qu’elle suive après tant d’annonces et de reports ?

Au vu de ce qui est relaté, on est en mesure de se demander si Bruno Ben Moubamba serait le futur Premier ministre d’un Gouvernement de sortie de crise ? Difficile que la réponse soit positive étant donné que la présidence du Sénat est déjà occupée par une femme originaire de la Ngounié comme lui.

FIN/INFOSGABON/MD/2015

Copyright Infos Gabon

Gabon / Ce pays est dans un tel état de décrépitude qu’il a besoin de plus d’ordre …

Au siège de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) le jeudi 26 février 2015 lors d’une réunion administrative du Parti.

Il est clair que la situation financière du Gabon ne permettra pas de satisfaire toutes les revendications de l’Agent Public : il faut trouver un juste milieu et un moyen terme. De toutes les façons, dans cette ambiance, on aura du mal à tenir des élections crédibles l’année à suivre … Que veut-on ? L’alternance ou le chaos ?  Les promesses du pouvoir et l’attitude des partenaires sociaux est stupéfiante. On est pas assez démagogues pour observer ce qui se passe sans réagir.  En tous cas, on est impatients de voir jusqu’à quel niveau d’irresponsabilité les uns et les autres sont prêts à aller sur le dos de nos enfants qui risquent  « l’année blanche ».

Les enfants MOUBAMBA ne vivent pas dans le pays pour l’heure mais parce que nous devons penser au « Bien Public » des Gabonais, on ne peut que déplorer ce « sacrifice » de toute une génération par les « politiques » d’abord et dans une certaine mesure par les syndicalistes. Nous voulons diriger et être « élu » certes, mais pas au prix d’un silence qui réduit les espoirs des générations futures. Et c’est un devoir de le dire … Ce pays est dans un tel état de décrépitude qu’il a besoin de quelqu’un qui y remette de l’ordre … En tous cas, tout ce désordre étatique et social est inacceptable. Si nous étions au pouvoir, nous arrêterions tout ceci avec une très grande fermeté …  BBM. #Gabon